Cette lettre doit être probablement un fake, mais dans le doute on préfère la publier :
"Cher Monsieur Zinzin,
Les services de la Misen viennent de me faire parvenir le dossier des contrôles effectués sur les sites de pylonnage de montagne.
Je ne sais comment vous le dire, mais je suis assez embêté par le nombre d’infractions relevées. Je sais bien que le travail en montagne n’est pas facile et que vous devez être bien fatigué à la fin de votre journée.
Néanmoins il est de mon devoir de vous prévenir que ce n’est pas bien, je risque d’avoir des comptes à rendre. L’opposition à votre projet de réhabilitation et de modernisation de la vallée ne cesse de grandir et l’on commence à entendre quelques élus râler.
Il ne faudrait pas que la contestation grandisse de trop, il me reste encore quelques mois à occuper mon poste et j’aimerai les passer tranquille.
Si vous pouviez faire quelques efforts et m’éviter de désagréables surprises, je vous en saurais gré, tâchez au moins de ne pas dépasser les 500 infractions, le chiffre risquant de marquer les esprits rigides et coincés des hauts-alpins.
Cher Monsieur Zinzin, je vous adresse l’expression de mes sentiments les meilleurs, je vous remercie d’avoir parlé de moi en ces termes à vos supérieurs parisiens et je me tient à votre disposition pour tout problème administratif que vous pourriez rencontrer.
Ci-joint mon CV, dans le cas où mon contrat de fonctionnaire d’état ne serait pas renouvelé après les élections.
Bien le bonjour à Mme Zinzin ainsi qu’à tous vos petits zinzins qui je l’espère, deviendront comme leur père, de beaux et grands Zinzin.
Cordialement et préfectoralement vôtre